Le titre : "Modeste contribution"

s'est vu affublé, par l'auteur,
de ce sous titre :

"Modeste contribution
à la nécessaire rénovation des voies, modes et moyens
de sanction des crimes et délits
en vue d’assainir les déviances comportementales humaines,
de manière à protéger la société des délinquants récidivistes et rédhibitoires,
avec l’effet surérogatoire d’humaniser les lourdes peines
en organisant l’espérance d’échapper aux sentences inéluctables"

Les origines :

L'idée de ce texte m'est venue suite à cette prise de position d'un grand clown :

"Je ne pense pas que la peine de mort,
ce soit la barbarie… Je ne pense pas…
Il n’empêche, on ne peut pas être pour la peine de mort,
parce qu’on dit à quelqu’un
« la mort est certaine et l’heure est certaine »
et ça, c’est invivable !"
Alain Finckielkraut (France Inter le 10 novembre 2007)

Pour l'écouter braire cette ânerie, cliquez ici.
Pour votre information : le journaliste demande "Si la mort est certitude, comment faites vous pour qu'elle ne soit pas servitude ?".
J'ai pas trop compris en quoi la réponse répond à la question, mais ça, c'est encore une autre affaire. Avec les grands clowns, on ne comprend pas toujours tout, nous autres les petites gens.

Si d'aventure vous ne pouviez écouter, il vous suffit de télécharger le plug-in sur le site de Apple : ici

Résumé :

Un politicien, bien d’aujourd’hui, est invité à la télévision  pour présenter sa réforme du code pénal qui consiste dans le retour de la peine de mort.
Il ne s’agit pas, pour lui, de réintroduire la peine de mort pour punir les crimes les plus barbares et les plus exceptionnels…
Non.
Il entend remplacer l’ensemble des dispositions pénales prévues pour les crimes, les délits voire les infractions par la peine de mort comme unique châtiment pour toute faute.
Plus succinct et plus efficace encore que le décalogue.
Tout aussi messianique.
Dans le but très clair d’être parfaitement pédagogique et humainement respectueux….
De longues études lui ont permis de trouver un nouveau système de mise à mort humaniste. Pense-t-il. 
Le tout dans un nouveau fonctionnement économique qui fera que le prix de la sanction ne sera plus payé par le Contribuable, mais par le Condamné lui-même, sans qu’il soit à craindre aucune insolvabilité de ceux-ci…

Il répondra à toutes les questions d'une assemblée médusée...